• Esclave et bourreau
  • Didier Goupil - Traverser la Seine
  • Monique Durand - Le Petit caillou de la mémoire
  • Wayne grady - Le Jour de l'émancipation
  • Mark E. Smith - Renégat
  • Mathieu Janin - Moi, Président
  • NOUVEAUTÉS
  • À PARAÎTRE
  • Celui qui revient
  • Moi, Président
  • La République d'Uzupis
  • Traverser la Seine
  • Orages pèlerins
Heureuse année 2017 à tous les lecteurs du Serpent à Plumes, une année lumineuse et joyeuse et littéraire.

EXTRAITS

Dans la presse

A Alep, « l’ampleur du chaos dépasse tout entendement »

Par Fawaz Hussain, auteur de "Orages Pèlerins" au Serpent à Plumes.

A Alep, « l’ampleur du chaos dépasse tout entendement »
Lourdement bombardée, Alep-Est est aujourd’hui largement détruite. Les nombreux balcons de cette ville, autrefois l’une des plus belles du Proche-Orient, qui abritaient et accueillaient un riche monde, ont été dévastés. Dans ce paysage, désapprendre la violence sera difficile, explique l’écrivain franco-kurdo-syrien Fawaz Hussain.
http://www.lemonde.fr/acces-restreint/idees/article/2017/01/02/300302f759bdfce0a0481fa6dbe7faad_5056400_3232.html

A Alep, « l’ampleur du chaos dépasse tout entendement »

Twitter

#LivreParis2017 https://t.co/Yz6OQZssSN

RT @monvotesi: "Post-it" à adresser @votrecandidat & à partager #Presidentielle2017 #monvotesi https://t.co/35bHAH92bd

RT @GrandeLibrairie: Demain matin, François Busnel vous prépare une petite surprise et vous donne rendez-vous en kiosque et en librairie !…

RT @cocale: Depuis 25 ans on a construit 30.000 places de #prison dit la @CGLPL. La surpop carcérale n'a jamais été aussi élevée. 118% sur…

RT @PaulAveline: "Il est 5h24 du matin, on va maintenant aborder la question de l'étiquetage des fruits" #LeGrandDebat https://t.co/MJcdFT

L'homme qui se croyait plus beau qu'il n'était - Mickaël Korvin, nouvelle critique à lire ! https://t.co/bHscFmC60C via @wordpressdotcom

Excellent, littérature et mousse ! https://t.co/SXLpRPqcju

Découvrez LE BLOG du jour ! https://t.co/utuYMKpz7Q @beerpicker

Super critique du livre de Mickael Korvin, pour son "L'Homme qui se voyait plus beau qu'il n'était", sur Babelio, o… https://t.co/fFVrzkL9NG

RT @deauvilletwitts: #Deauville : 60 écrivains & musiciens au Festival #LivresetMusiques, édition #créole. Madagascar, sujet du 1er RDV : h…

Une amie les collectionnait, donc j'ai chez moi une très jolie "Pierre qui roule n'amasse pas mousse" :-) https://t.co/guSYuMA6DB

RT @EditionsScpo: "En #Chine, la #démocratie… quand le peuple sera mûr." Pour le #droit de vote mais... @mdiplo https://t.co/HJNn1NyzYL htt…

A suivre ! https://t.co/wJGZHQSDOA

Excellentissime @paul_vacca !! https://t.co/CZGQGgRCCY

Une bonne nouvelle à partager, la renaissance papier de l'emblématique @TETUmag ! https://t.co/ToteNHNUoD

RT @vincentmonad: Aujourd'hui, mardi 28 février, #AsliErdogan est en liberté provisoire. Son procès se déroule. Restons mobilisés. #liberte…

Très bel et très heureux anniversaire @Droitdecite4 !

RT @OrangeLecteurs: #lecture LE PROMENEUR D'ALEP, le récit d'un homme, Niroz Malek, qui a choisi de rester chez lui, malgré la guerre >http…

Oui, un bijou, sombre. Première publication en France chez Maurice Nadeau. https://t.co/ObbkeYbcYm

Redécouvrir Burgess, un vrai plaisir gourmand ! ;-) https://t.co/NxoQ8Cs4WO

Mark E. Smith nous raconte sa vie avec The Fall sans mâcher ses mots, au contraire il se lâche dès la première page (la 7ème ligne pour être précis) en traitant ses musiciens de « pleurnichards ». Sur les 270 pages du livre, il dit du mal de tout le monde (avec une mauvaise foi qui fait sourire), sauf des piliers de comptoir qui consomment dans les pubs de Manchester. Mark E. Smith n’aime personne : John Peel, Liam Gallagher, John Lennon, Morrissey, Elvis Costello, Gang Of Four, les labels Rough Trade, Factory Records et Virgin, les journalistes, les australiens et encore mieux ses musiciens. Par contre il aime le foot, notamment George Best, les Stooges, le label Kamera Records, des écrivains et surtout passer du temps dans les pubs.
http://www.foutraque.com/chronique_livre.php?id=4840
Mark E. Smith dans Foutraque !

Dans la presse

Fawaz Hussain dans Le Canard Enchaîné

"Sur un sujet grave, ce roman est d'une légèreté de bon aloi : drôle, goguenard, jamais cynique."

Fawaz Hussain dans Le Canard Enchaîné

Le Canard Enchaîné « Gundoro, mollah dans un petit village kurde, en a ras le turban de prêcher pour "deux ou trois bouseux grabataires". Il fait ses valises pour Diyarbakir, s'installe comme guérisseur-charlatan, spécialiste des "versets coraniques prononcés à l'envers". Mais le verlan en arabe a ses limites ! Son fils Sino, élevé dans une école turque, décide d'émigrer à Paris, rejoignant la cohorte de ces hommes "se déplaçant comme des pions sur l'échiquier noir et blanc de l'absurde".