L'Odeur de l'encre

Roman
ISBN : 9791035610210
Parution : 07/06/2018
176 pages
Prix : 17 €

L'Odeur de l'encre

Lisa BAREL

Une femme fragile aime un homme qui joue. Souvent, elle lui écrit. Ses lettres sont douces, elle l'aime, elle lui dit qu'elle l'aime, parfois elle lui reproche aussi de jouer avec elle. Et puis elle prend son vélo, elle part quelques jours. Et puis elle rentre à l'hôpital psychiatrique, elle se confie à Nadine, l'infirmière, à Oscar, qui est malade lui aussi. Et puis elle tue. Parce qu'elle est folle, folle de souffrance, folle d'un trauma de l'enfance, elle tue Nadine, elle tue Oscar, elle tue Henri, elle tue Gabrielle. Avant de s'enfermer dans un kiosque abandonné pour guetter l'être aimé.

Toute la force de ce second roman de Lisa Barel tient à la délicatesse de sa narration et à la profondeur des sentiments en jeu. L'héroïne, jamais nommée, souvent elle-même narratrice, avance dans sa folie avec une véritable aura amoureuse. L'amour irradie de toute sa personne avec naturel, avec simplicité. Mais cette ferveur a aussi son revers. Celui-ci n'apparaît qu'à la toute fin du livre, quand le lecteur comprend que la tendresse amoureuse s'accompagnait d'une véritable folie criminelle.

« Je suis restée une semaine chez moi, les rideaux tirés, à manger des madeleines, à boire du lait et à dormir. J’aimais le contraste entre mon existence sans objet et l’agitation absurde de la civilisation urbaine. Mais il arrivait que des envies me prennent de bousculer mon lamentable quotidien. Une envie, surtout. Celle de me lever et d’ouvrir ma fenêtre. Dénudée, je resterais prostrée à la vue de mes voisins d’en face, sidérés.

Les bras ouverts, offerte au froid et à la foule bourdonnante d’en bas, généreusement mais de la plus virulente des façons elle voulait clamer au monde qu’elle vivait là. Qu’elle était seule ici avec son chat mais qu’elle était au calme et qu’elle n’était pas pressée. »