La végétarienne

Roman
ISBN : 979-10-94680-03-2
Parution : 21/05/2015
208 pages
Prix : 18 €

La végétarienne

HAN KANG

Traduit du coréen par Eun-Jin JEONG , Jacques BATILLIOT

Une nuit, elle se réveille et va au réfrigérateur, qu’elle vide de tous ce qu’il contenait de viande. Guidée par son rêve, Yonghye a désormais un but, devenir végétale, se perdre dans l’existence lente et inaccessible des arbres et des plantes. Ce dépouillement qui devient le sens de sa vie, le pouvoir érotique, floral, de sa nudité, vont faire voler en éclat les règles de la société, dans une lente descente vers la folie et l’absolu.
On en parle :
« Elle a 45 ans, et est considérée en Corée du Sud comme l'écrivain majeur de sa géné­ration, et elle a reçu le Man Booker lnternational Prize - un prix parmi les plus prestigieux du paysage éditorial international, qui récompense chaque année un ouvrage étranger traduit en anglais et paru au Royaume-uni.» Télérama
« Un roman captivant et profondément sensuel. » Lire
« La Végétarienne est une expérience extraordinaire. » The Guardian
« Un roman culte international. » The New York Times 
« Un tourbillon végétal. » La Presse, Montréal
« La Végétarienne est un cauchemar existentiel. » San Francisco Chronicle
« Un roman magique et extatique, venue de Corée, sur un femme qui se transforme en arbre. » Slate Magazine
« La Végétarienne est un roman sur la faillite du langage et des corps. Comme son héroïne, le murmure de La Végé tarienne est si pur qu’il traverse les murs, insistant, dévastateur, animé par une douce violence. » New Statesman
« Captivant... Ce roman se fait parfois surréaliste et envoûtant, notamment quand se fondent la nature et le paysage des corps. Une nature si belle et si grandiose qu’elle demeure inaccessible à la douleur des hommes. » Independent 
« La Végétarienne est un roman à ce point étrange et fertile que je l’ai lu d’un trait, le souffle coupé. » New Internationalist 
« Troublant... Une fable étrange et éthérée, rendue plus fascinante encore par la précision et la fraîcheur de sa prose.» Times Literary Supplement 

Du même auteur

Celui qui revient Leçons de grec

 HAN KANG