• Set the Boy Free
  • Le Promeneur d'Alep
  • La concordance des temps
  • Les Microbes humains
  • Le Syrien du septième étage
Set the Boy Free

Set the Boy Free

Johnny MARR

Traduit de l' anglais par Stéphane LEGRAND

En librairie le 18 octobre 2018

Johnny Marr, fondateur guitariste des Smiths, est considéré comme un des esprits les plus créatifs de la pop music.
Electron libre, c’est l’histoire d’un garçon, qui grandit dans une famille émigrée irlandaise, ouvrière et catholique, à Manchester.
Johnny Marr puise ses racines dans le pouvoir de la musique et de l’art, le charme de la mode et la magie des couleurs. Véritable génie de la six-cordes, il est autant acteur que témoin des changements sociaux de l’Angleterre post-industrielle.
Alternant souvenirs privés et intuitions musicales, Johnny Marr nous livre ses réflexions sur la pop culture.
« J'ai vu Johnny Marr en live avec les Smiths. Il irradiait littéralement sur scène, avec lui le groupe entrait en fusion. Et il fumait sa clope comme une star. Il n'a pas cessé de m'influencer depuis ce jour. » IGGY POP
 
Le Promeneur d'Alep

Le Promeneur d'Alep

Niroz MALEK

Traduit de l' Arabe (Syrie) par Fawaz HUSSAIN

En librairie le 06 septembre 2018

Le Promeneur d'Alep est le récit d'un homme, l'auteur, qui a choisi de rester dans sa ville alors même que les diverses factions en armes se déchirent Alep, quartier par quartier. Depuis son appartement, il regarde les morts traverser précautionneusement les rues, il vole quelques instants au-dessus des barrages et des soldats avant de regagner sa chambre pour y écrire, à la lueur d'une bougie, sur les jardins d'enfants mués en cimetières. Niroz Malik est, dans l'enfer de cette guerre dite civile, le chroniqueur poète des innocents martyrisés.

« Assis à ma table j’ai entendu le bruit des balles provenant du barrage proche. Puis tous les barrages du quartier se sont mis à tirer. J’ai lâché, ce que j’avais en main – un stylo, car j’écrivais. Je me suis précipité vers le couloir pour me mettre à l’abri. J’ai entendu le bruit des roquettes et d’autres armes, des balles et des projectiles qu’on lançait vers le ciel comme pour chasser les étoiles de leur page noire.

J’ai commencé à perdre espoir de voir la fin des tirs.

Je me suis servi un verre d’eau et j’ai bu une gorgée. »

 

Issu de la communauté yézidie, Niroz Malek est syrien, de parents kurdes. Il vit à Alep qu’il n’a jamais quittée.

La concordance des temps

La concordance des temps

Mamadou Mahmoud N'DONGO

En librairie le 06 septembre 2018

Isaac a cinquante-sept ans et se refuse à vieillir. Le souvenir de ses anciennes amours, l'illusion des nouvelles à venir, l'entretiennent dans l'illusion d'une éternelle jeunesse.
Grâce à son ex-femme, il a une place dans un comité de lecture et s'occupe de quelques auteurs. Dont Anouch, vingt-sept ans, brillante dramaturge. Anouch écrit sur l'engagement des jeunes dans le djihad. Anouch est dans le débat contemporain. Isaac parle de Brecht. Ensemble ils se retrouvent sur le mouvement de la Fraction Armée Rouge, comment se créèrent les FAR, ce qu'ils devinrent.
La beauté d'Anouch est dévastatrice et la discussion entre les deux est séduction, pour lui, persuasion pour elle. Pas sûr, donc, qu'ils parlent réellement de la même chose. Isaac est un homme qui vieillit, son chien s'appelle Monsieur.

Avec "La concordance des temps", Mamadou Mahmoud NDongo, réalise un brillant roman dialogué, le portrait d'un homme qui fut un maître et dont le temps use peu à peu le statut.

« Après plusieurs mois, je l'avais présentée à mes parents et ce fut un coup de foudre réciproque malgré nos dix ans d'écart. Ma mère se proposa au moment de prendre le thé de garder notre futur bébé, et Anne-Lise de lui répondre que c'était bien son intention !
Ma mère l'invita à visiter la maison. Je cherchais des yeux le réconfort de mon père, qui préféra étouffer un rire en toussotant, comme il le faisait si souvent ! Mon père se rendait compte d'une évidence qui m'avait échappée, il me dit en aparté, en les regardant monter les escaliers :
— Tu vas déguster… Ta Anne-Lise, c'est ta mère avec les fesses d'une Blanche ! »

Les Microbes humains

Les Microbes humains

Louise Michel

En librairie le 06 septembre 2018

« Au dehors, sous la pluie, une bande de jeunes gens se rendait je ne sais où, riant du brouillard, de la vie et de la mort, de toutes leurs féroces dents de jeunes insulaires ; ils trouvèrent plaisant, sous les fenêtres du fameux juge sir James Claris, de donner une aubade.

Ils lui sonnèrent le réveil matinal par la ballade du pendu :

His blackened corpse swings in the air ! »



En 1871 Louise Michel compte parmi les figures majeures de la Commune de Paris. Revendiquant son engagement lors d’un fameux procès, elle est déportée en Nouvelle-Calédonie. Là elle se rapproche du peuple kanak, collecte des contes traditionnels et poursuit sa vocation d’enseignante. Rentrée à Paris, anarchiste passionnée, elle combat les inégalités sociales, lutte contre la peine de mort, ne cesse de faire entendre la parole du peuple. Icône libertaire, Louise Michel s’éteint à Marseille en 1905.
Le Syrien du septième étage

Le Syrien du septième étage

Fawaz HUSSAIN

En librairie le 06 septembre 2018

Dans le HLM de Babel coincé entre deux boulevards, un Kurde de Syrie coincé entre deux chaînes de télévision regarde sa patrie livrée au chaos. Chaque jour, il s'échappe pour une promenade dans le quartier et échange quelques silences avec ses voisins. Il y a le Serbe bosno-croate multi-cambriolé, les deux jeunes Maliens à la foi tenace, la Tamoule menue en froid avec sa fille, l'ancien professeur Sénégalais devenu marabout de boîtes aux lettres. Il y a aussi la Russe du premier, si belle avec ses fossettes et ses yeux qui scintillent comme la Neva, qui un jour peut-être l'invitera à prendre le thé chez elle. Il y a même un couple de français.

Le premier contact avec les locataires du quatrième a été provoqué par la Japonaise devenue par la force des choses « La Jap du septième ». Un jour que nous revenions d’Auchan chargés de nos courses, elle a vu le toutou et a demandé à ses maîtres si elle pouvait le caresser.
« Elle s’appelle comment ? »
Les deux Français étaient fiers comme Artaban qu’on s’intéressât à leur chien, qui comme eux se faisait vieux et était perclus de rhumatismes.
« C'est un garçon, Madame, s’est hâtée de rectifier la Française, et il s’appelle Roméo. »

Le monde est rond comme une tour carrée de HLM, et Le Syrien du septième étage est le plus tendre hommage rendu aux petites gens de tous les pays, de tous les appartements de la Terre.